Ah-Hou ChaChaCha

Fiction  comique et fantastique

création février 2017 – Théâtre Alizé Sion

Prochaines dates :
22 septembre 2017, Théâtre du Vélodrome Plan les Ouates, GE
24 au 28 janvier 2018 – Théâtre de l’Etincelle, jonction, Genève
2 et 3 mars 2018 – Théâtre de la Grenette, Vevey

 

 

 

 

 

 

 

Après Toi, moi et le monde ou une jeunesse au marteau créée en 2015 à Sion, un nouveau volet de la vie de Rebecca Bonvin avec Ah-Hou Cha Cha Cha ou la désillusion heureuse.

Rebecca continue à poser un regard très personnel sur le déroulement de sa vie, avec ce leitmotiv :

« La vie c’est pas toujours ce que tu crois, c’est pas vraiment ce que tu veux, et des fois c’est différent de ce que tu penses ! »

Second volet d’une fiction biographique comique, fantastique et musicale qui se souhaite une digression délirante sur la dictature familiale, la manipulation de son mental et le courage de ses réussites.
En gardant cette question ouverte : dans quel monde vit-on et quelle est notre place dans tout ça ?

Je ne suis pas auteure, je suis une comédienne qui fictionne. Je fictionne pour  comprendre toute cette vie qui s’écoule et qui finit par m’échapper. Je fictionne
pour me rappeler que des fois c’était bien et que des fois ce n’était vraiment pas génial. Je fictionne parce que raconter mes histoires est le lieu de toutes les libertés possibles. Je fictionne aussi pour me sentir moins seule et pour penser autrement que ce que la société patriarcale a prévu et programmé pour moi. Je fictionne pour ressentir de vraies émotions et me sentir vivante. Et puis je fictionne aussi pour faire rire de ce qu’on pourrait trouver pas drôle. Je fictionne pour moi, je fictionne pour vous. Avec mes moyens, ma simplicité, ma sincérité, ma maladresse et ma folie. Parce que toutes les histoires qui vivent dans ma tête j’ai envie de les offrir.

J’arrive dans cette période de ma vie où enfin, je fais ce que j’ai vraiment envie, l’envie d’être moi, c’est assez simple. J’ai beaucoup lutté, contre la vie, contre les gens, contre le métier, contre l’amour et surtout contre moi. Mais aujourd’hui ma seule préoccupation est la confiance que me réserve mon chemin de vie. Avec mon libre arbitre pour dire oui ou non. J’ai envie d’offrir mon monde intérieur tapissé d’histoires aussi dingues que sincères.

Et mettre mes mots en jeu, sur scène, c’est aussi vivre l’immortalité, laisser une trace d’une vie pour échapper à la mort. Avoir le pouvoir de donner sa version des faits, avouer ses erreurs, blanchir ses fautes, donner un sens à sa vie, se définir comme différent, unique. Mais aussi témoigner d’une époque, sur des comportements, des valeurs. Entretenir avec le spectateur une relation particulière en ceci que l’évocation des souvenirs entraîne, chez le spectateur, l’évocation de ses propres souvenirs. Et puis créer ce lien magique entre moi et le monde