La compagnie

 

Au départ de l’aventure, le Collectif du Pif est une association composée de trois femmes artistes  qui se sont rencontrées autour de l’art du clown. En 2003, elles décident de fonder leur compagnie pour développer le jeu clownesque sous différentes formes (spectacles et interventions diverses). Depuis, le trio de base s’est élargi et différents collaborateurs et collaboratrices ont rejoint le Collectif, de manière ponctuelle ou régulière.

Le Collectif du Pif travaille depuis ses débuts à l’exploration des différentes formes du rire. Nous aimons balader notre regard engagé sur le monde et faire des problématiques contemporaines une matière première à décaler. Pierre Desproges disait qu›on pouvait rire de tout mais pas avec tout le monde ; le Collectif du Pif souhaite rire de tout avec le plus grand nombre.

De 2004 à 2008, plusieurs créations clownesques originales tout public ont vu le jour dont Coquillage et Crustacé qui a tourné 3 ans en Suisse romande et en France.
Dès 2009, le Collectif a pris un nouveau tournant en choisissant d’explorer une forme contemporaine du clown qui aborde des problématiques actuelles. Il y a d’abord eu Ich wünsche love, un solo de Marylène Rouiller, mis en scène par Rebecca Bonvin, biographique qui touche à l›universalité de la quête amoureuse.
En 2010, Rebecca Bonvin, indignée par le silence qui entourait encore les centrales nucléaires – c›était avant Fukushima, a co-écrit avec Rashid Mili et interprété, en duo avec Stéphane Mayer, un cabaret nucléaire décapant : Irina toujours rayonnante. Ce spectacle a bénéficié du soutien de Greenpeace et a tourné en Suisse Romande pendant 2 ans.
En 2013,  en co-production avec le théâtre Alizé de Sion, Françoise Gugger nous écrit une comédie satirique sur le monde de la finance Hold up, spectacle qui a été également présenté à Neuchâtel.
2015-2017 a vu naître 2 solos.  Toi, moi et le monde et « Ah-Hou Cha Cha Cha« , écrit et interprété par Rebecca Bonvin.
En 2016, notre création « Alpenstock » de Rémi De Vos mis en scène par Sandra Amodio a été lauréat romand lors de la Rencontre du Théâtre Suisse.

Aujourd’hui, nourris de notre mémoire clownesque, nous nous sommes ouverts à différents styles de jeu afin de nous permettre d’explorer toutes les marges de la vie. Nous vivons nos aventures partout où la norme est dépassée, transgressée, oubliée. Il n’y a plus ni limites, ni tabous, l’espace et le temps sont infinis. Ça sent la liberté à plein nez ! A force de chatouiller là où ça fait mal à l’humanité, on finit forcément par en rire ! Et là c’est gagné. Résister à la barbarie, au dépit, à tout l’insupportable par la magie de la naïveté, de la poésie et du rire, c’est un pari que Le Collectif du Pif a décidé de relever en donnant à tous ses personnages une dimension sociale.

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *